ARCHIVES DU GREMES
Programme 2008/2009
* Mardi 26 mai 2009 à 17h, salle J233
   
Intervention de Laure Ferrand, Doctorante en sociologie (CEAQ):
  
"L'imaginaire des festivals rock. Un renversement des valeurs prométhéennes"
   
Alors que les sociologues voyaient le déclin de la musique live au profit de la musique enregistrée, la fréquentation des concerts et des festivals n'a fait qu'augmenter depuis plusieurs années. Le festival devient un moment fort de l'année pour les amateurs ; il est le lieu de la découverte artistique mais aussi de la « valeur sûre » pour laquelle l'on se déplace.

Les festivals renvoient à des images d'effervescence et de communauté rock. Avec Woodstock comme image fondatrice, ces manifestations rendent compte d'un « désir d'infini », en référence à Jean Duvignaud. Avec des milliers de personnes se rassemblant en plein air, ils conduisent à revoir les différentes définitions données à la musique pour en apporter une nouvelle : celle de la musique de l'esthétique. Ils préfigurent également à la création d'un calendrier de la vie en rock rythmé par le fil des saisons.

A travers les notions de « morphologie sociale » de Marcel Mauss, de « bassin sémantique » et de « régime nocturne » de l'image de Gilbert Durand, nous tenterons d'apporter une réflexion sur ces effervescences musicales extrêmement en vogue aujourd'hui.

   
   
* Mardi 5 mai 2009 à 17h, salle J227
   
Intervention de Pedro Bittencourt, Université Paris 8, département de Musicologie (Doctorat Esthétique, Sciences et Technologie des arts).
   
 "Médiation et musique: le cas d'un saxophoniste dans l'articulation des compositions mixtes"

   Il s'agit d'une étude concernant la médiation d'un saxophoniste dans la création musicale, ainsi que son rôle dans l'articulation de la musique mixte. La musique mixte utilise à la fois des sources sonores instrumentales et électroniques, diffusées sur des haut-parleurs. Des morceaux mixtes commandés et crées en public par le doctorant/saxophoniste entre 2006 et 2009 font l'objet d'analyse. Les performances ont été réalisées en étroite collaboration avec des compositeurs et techniciens qui travaillent avec les dernières technologies digitales et participent au processus d'interprétation. Recherche sur les diverses échelles de l'interprétation et de l'articulation dans la création musicale, depuis la conception des pièces jusqu'à leur présentation en concert. Nous faisons une lecture de la théorie de la médiation d'Antoine Hennion et de la notion de médiation technique de Bruno Latour. Nous abordons plusieurs questions et contraintes d'ordre artistique, musicale et technique pour les œuvres mixtes avec saxophone, pouvant intégrer aussi d'autres domaines artistiques (poésie, vidéo, gestes) afin de mieux faire découvrir la musique dite contemporaine à un public de non-spécialistes. La médiation valorise et légitime la performance.

Mots clés: Médiation, saxophone, musique mixte, performance, interprétation, articulation

http://pedrobittencourt.info 

* Mardi 7 avril 2009 à 17h, salle J227.

Intervention d'Alexis Mombelet, Doctorant en sociologie, Université Paris 5- Sorbonne (CEAQ):
    
"La musique metal: un projet mythologique articulé au jeu et au don"
     
Après avoir montré que les comportements des métalleux (les amateurs de musique metal) correspondent à un « projet mythologique » en tant que style de vie anticonformiste, incarné par des promoteurs spécifiques, déployé au travers de mythèmes et éprouvé plus particulièrement au sein de hauts et de petits hauts lieux de rassemblements, il s'agit de détailler les modalités d'attachement à ce projet. De fait, les métalleux ne se réapproprient pas ce large projet fondateur de la même manière. Une distance au mythe se dessine et les trajectoires personnelles oscillent entre « choc amoureux » et « routine ». En outre, ce projet mythologique s'articule au jeu et au don. D'un côté, il s'agit de montrer que les éclatements comportementaux observés lors des concerts s'inscrivent dans le cadre d'une « sacralité ludique ». De l'autre, nous verrons que la socialité metal entretient et valorise le développement d'un homo donator, à côté, et à l'opposé d'un homo œconomicus.
     
   
Premier Semestre 2008/2009.
   
* Mardi 16 décembre 2008 à 17h, salle J227- Séance commune avec le GRACE
   
Intervention de Sophie Jacotot, Docteur en histoire, Université Paris I (Panthéon- Sorbonne)
   
"Du bal public au dancing: permanences et mutations des pratiques sociales de danse en France au lendemain de la Grande Guerre"
   
L'objectif de cette intervention est de présenter les transformations à l'oeuvre dans le domaine des danses de société en France, au début du 20ème siècle, en lien avec le renouvellement du répertoire des bals publics urbains. Il s'agira notamment d'interroger l'invention du dancing en 1919 qui cristallise les nouvelles pratiques sociales et révèle les stratégies à l'oeuvre dans le lancement, l'enseignement et l'appropriation des nouveaux genres musico-chorégraphiques venus majoritairement d'outre-Atlantique (Etats-Unis, Caraïbes, Amérique du Sud).
   
* Mardi 25 novembre 2008 à 17h,  salle J227.
      
Intervention de Tatyana Jacques, Anne Petiau et Laure Ferrand (CEAQ).
       
"Lecture d'Alfred Schütz: pour une phénoménologie de la musique"
      
A partir de l'ouvrage Ecrits sur la musique, réunissant plusieurs textes d'Alfred Schütz, nous présenterons la pensée de l'auteur et la façon dont il peut  être mobilisé dans une étude sociologique et phénoménologique sur la musique.

« Parce que la musique résonne avant que le premier geste ne s'accomplisse, avant que la première parole ne pénètre dans notre conscience, nous sommes engagés dans un état d'immersion en notre intériorité qui nous permet de revivre dans notre durée tout le reste de ce qui se produit depuis le monde spatio-temporel. » (Schütz A., Ecrits sur la musique, s.l., Ed. MF, 2007, p.44-45)
 
En tant qu'expérience sociale, la musique implique une relation à l'autre et à soi. Subjectivité, durée, temps externe, relation de syntonie, relation au toi, sont les principales notions apportées par Alfred Schütz. Il perçoit la musique comme un contexte de sens dans lequel le temps se transforme en durée, créant un nouveau type de relation sociale et une nouvelle forme de socialité.
CEAQ
c/o H2M
67 bd Saint-Germain - 75005 Paris