ARCHIVES DU GREMES
PROGRAMME 2007-2008

* Mercredi 16 avril 2008 à 18h00 - Séance commune avec le GESCOP et le GEIST

 Intervention de Sébastien Tutenges (Center for Alcohol and Drug Research, Danemark)

"La nouvelle culture d'intoxication "

Comment les jeunes d'aujourd'hui utilisent-ils l'alcool et les drogues ? Quels modes de socialité, de moralité et de conception du temps peut-on saisir dans les pratiques festives des jeunes ? D'un point de vue méthodologique, comment peut-on étudier la consommation chez les jeunes ?

* Vendredi 25 janvier 2008 à 15h00

 Intervention de Julie Coyne (Paris X)

"Le satanisme français, entre virtualité et recherche identitaire"

Le Satanisme, très médiatisé mais peu étudié en sciences humaines, fait l'objet d'une grande méconnaissance. Phénomène récent en France sous sa forme moderne, c'est un mouvement "philosophico-religieux" existant depuis 40ans aux Etats-Unis. Quelle forme revêt le Satanisme "français"? Entre communautés virtuelles et recherche identitaire, l'étude du Satanisme et de ces acteurs nous permet une réflexion sur des thèmes actuels.L'appartenance au Satanisme relève-t-il du champ religieux ou du politique? Cette intervention aura comme but de définir le Satanisme et de présenter son mode de communication et de reproduction par le biais d'internet. 

* Vendredi 7 décembre 2007 à 15h00

Intervention de François Gauthier (Sophiapol/M.A.U.S.S)

" Sous-cultures jeunesse et religion : fragmentation ou cohérence ? "

Le paysage culturel occidental est marqué depuis les années 1950, soit depuis l'avènement de la société de consommation, par le phénomène des sous-cultures, creusets de socialité carburant aux styles musicaux plus ou moins issus du rock. Prenant pour exemple les sous-cultures métal, gothiques, techno et hip hop dont la diversité englobe une bonne part de la diversité actuelle, le premier constat en est un de fragmentation quant au sens, voire carrément d'oppositions. Or, en même temps, ces phénomènes s'organisent tous à partir d'une matrice sensiblement unique de ritualité, pratiques identitaires, modes de communication, etc. De plus, pratiquement toutes les études considérant l'une ou l'autre de ces sous-cultures prises isolément (les études comparatives ou synthétiques manquant cruellement) concluent à une forme ou une autre de dimension religieuse, fonctionnelle ou substantive, constitutive de ces pratiques. Pourquoi retrouve-t-on ainsi le religieux ? S'agit-il d'une manifestation d'un réenchantement du monde comme le veulent certains, ou y aurait-il plutôt matière à rattacher ces pratiques à une symbolique moins nettement en rupture avec l'ordre social englobant ? Au-delà de la fragmentation, trouve-t-on dans la question religieuse les éléments d'une cohérence ?

* Jeudi 22 novembre 2007 à 17h00 - Séance commune avec le GEIST (Groupe de recherche sur l'éthique, l'imaginaire et la santé)

Intervention de Anne Petiau (CEAQ)

« Consommation de drogues, types d'usage et degrés de régulation »

L'intervention rendra compte d'une recherche menée au sein du CEAQ, avec Lionel Pourtau, pour la MILDT et l'INSERM, portant sur les parcours de consommation des drogues des jeunes suite à leur découverte de celles-ci en contexte festif techno. Il s'agira notamment de s'intéresser à la différence entre types d'usage et degrés de régulation, et aux modalités de ceux-ci.

*...

CEAQ
c/o H2M
67 bd Saint-Germain - 75005 Paris