ARTICLES DU GREMES
Le Mouvement Mangue Beat, le mélange des genres, version brésilienne
Paula Tesser
18 janvier 2001

Le Brésil et ses musiques

Parler de musique du Brésil n'est pas une mince affaire. Tout d'abord parce qu'on ne peut pas parler de " la " musique brésilienne mais plutôt " des " musiques brésiliennes. Car le Brésil a produit sans aucun doute l'une des cultures musicales les plus riches et les plus variées au monde.
Deux raisons principales pourraient expliquer ce phénomène :
Premièrement, parce que les musiques du Brésil résultent d'un mélange culturel, où les expressions musicales sont avant tout métissées, résultat du mélange des procédés syncrétiques issu de la formation tri-ethnique. Elles sont le résultat d'une forte expression émotionnelle entre trois cultures qui donnent naissance à la culture brésilienne. Car ces trois cultures ne sont plus vraiment authentiques, elles se sont diluées au fil de ces cinq siècles, pour n'en faire qu'une, la culture brésilienne.
Du point de vue musical, le métissage culturel s'exprime soit par la prédominance de certains instruments, de divers genres musicaux, et de leurs fonctions sociales, soit par les pratiques mélodiques, harmoniques ou rythmiques, typiques dans chaque tradition. On attribue les divisions ternaires de la mesure pour ce qui est d'origine ibérique, et binaire pour les genres de caractère afro-brésilien. Il est courant au Brésil de faire une distinction entre les musiques luso-brésiliennes et afro-brésiliennes, et de les localiser respectivement dans le Sud et le Sud-Est et le Nord et le Nord-Est. Mais la plupart des chansons traditionnelles sont d'origine et de style européen, à l'exception des chants rituels des cultes afro-brésiliens.
Toutefois il y a de nombreux exemples de superposition de ces traditions et ce mélange est tellement imbriqué qu'il serait une erreur de vouloir isoler les caractéristiques de certaines traditions musicales et leur attribuer une origine " pure " dans l'une des trois branches culturelles : amérindienne, ibérienne et africaine.
La seconde raison qui fait que la musique soit si riche au Brésil, qu'il existe autant de genres différents, c'est que la musique fait partie de tous les moments de la vie quotidienne. De tous les arts, la musique est celui qui est le plus consommé et vécu par la population. La musique accompagne la vie sociale des brésiliens dans toute sa diversité.
Les brésiliens prennent leurs musiques très au sérieux, que ce soit en tant que compositeurs, interprètes ou, pour la plupart, auditeurs-consommateurs. La musicalité du peuple brésilien est un phénomène national par excellence. Que ce soit dans les places, les salles de concert, les processions, les réunions politiques, les événements sportifs, les fêtes religieuses ou profanes, la musique est une nécessité fondamentale et constante de la vie sociale au Brésil. Il est très courant que les gens se retrouvent autour de quelques instruments, même improvisés comme une simple boite d'allumette, pour chanter, danser. Dès qu'il se fait un certain rassemblement, la musique apparaît comme l'élément par essence de la socialité entre les individus.
Les musiques du Brésil correspondent aussi à des faits historiques et sociaux bien caractéristiques. Le degré et la relative rapidité des transformations des musiques brésiliennes dépendent des fonctions de ces musiques dans la vie sociale, donc, il est important de ne pas négliger un autre aspect fondamental, qui est celui de la stratification sociale qui caractérise la société brésilienne contemporaine, pour mieux comprendre la nature de ces musiques.
Les genres musicaux correspondent aux différents niveaux de cette stratification dont les deux extrémités sont représentées, d'un côté par la soi-disant musique traditionnelle et populaire, et de l'autre, par la musique savante des élites urbaines. Mais il est important de préciser que cette division, musique d'élite/musique populaire, n'est apparue au Brésil que dans les années 60 avec l'apparition de la télévision. Par exemple, un chanteur comme Orlando Silva (" cantor das multidões ", chanteur des foules) était du même goût, était consommé par le patron comme par l'employé. La foule n'était qu'une.
Aujourd'hui cela ce passe autrement. La musique dite savante, connue sous le sigle MPB, c'est-à-dire musique populaire brésilienne, porte une ambiguïté : celle de porter le mot populaire, mais de représenter une musique d'élite. Comme illustration prenons le prix Shell, le plus important prix donné aux musiques du Brésil. Il existe, entre autres, deux catégories : une appelée Prix de MPB pour la musique " savante ", dite cultivée ou, comme l'expression française, une musique de " chanson à texte " et une autre, appelée le Prix Musique Populaire, celle-ci adressée aux styles de musiques consommées par la grande majorité de la population. La bossa-nova aussi s'exprime comme étant un produit " populaire- érudit ".
Cela nous renvoie à ce que dit Adorno à propos de la musique et sa relation avec l'industrie culturelle. Selon lui, le fait que la musique entre dans la sphère de la consommation modifie sa perception au point que se mélangent les hiérarchies sociales entre classes populaire, moyenne et supérieure. Comme une diagonale que traverserait la société.
La complexification croissante de la société entraîne une multiplication des fonctions de la musique et de ses usages. En même temps que les rapports à la musique se diversifient, différents types de public apparaissent et se distinguent les uns des autres. La musique est donc liée à une hiérarchisation de la société, tout comme elle contribue également à la fusion des membres de celle-ci.
Le phénomène musical et artistique " Mangue Beat "(1) sera notre objet d'analyse car il porte en soi plusieurs éléments qui nous donnent une image du Brésil d'aujourd'hui. Le Mangue Beat est le résultat de cette relation entre la tradition et la modernité qui intervient dans l'élaboration d'une esthétique musicale pluraliste contemporaine. Cette musique " Mangue " est le mélange de ces deux extrémités : d'un côté la musique du folklore (fusion des cultures ibérique, africaine et amérindienne) pratiquée essentiellement par le peuple et de l'autre la culture de masse, représentée par la classe moyenne, avec ses ordinateurs, l'outil du mélange.
Tout ça pour créer une musique à connotation intellectuelle. Une musique qui pourrait donner un certain réenchantement de la " scène " culturelle, d'abord à Récife, puis dans tout le pays. La fonction " communautaire " de la musique joue donc plus que jamais.

Les musiques " Mangue Beat"

" Da lama ao caos , do caos à lama... "(2)
Chico Science

Musiques au pluriel parce qu'il s'agit d'un mélange de genres, plusieurs styles font partie de ce mouvement. Mangue, pour rappeler qu'il s'agit d'une musique qui vient des zones marécageuses défavorisées de la capitale (Récife) et en référence à l'écosystème qui est le symbole de la fertilité, de la diversité et de la richesse. Le Mangue sera un écosystème culturel aussi riche et aussi diversifié qu'un marécage. Beat, pour ce qui est de la pulsation, ce qui rend vivante et populaire une musique.
Cette musique, qui est répétitive, donne l'accent sur le côté rythmique de la musique, mais laisse une place importante aux paroles. C'est le mélange de l'émotion provoquée par le son des percussions et une certaine " catharsis " nécessaire pour crier la dure réalité économique et sociale vécue par la population brésilienne.
Les médias ont, au début, identifié ce mouvement comme étant une musique née de la fusion entre la musique électronique avec des rythmes régionaux. Mais le mouvement Mangue se définit autrement, il cherche à valoriser surtout la diversité dans les rythmes et les mélanges qui ne sont pas nécessairement électroniques. Dans le Mangue la musique électronique ne remplace pas la musique produite par la voix et les instruments mais elle la complète. Le Mangue Beat se rapproche de la techno parce qu'il recouvre tout un réseau de tendances, de styles que se différencient et se mélangent sans cesse.
L'élément essentiel du mouvement Mangue Beat est la reprise d‘éléments rythmiques ou mélodiques, mais surtout rythmiques, du folklore " Nordestino ", où certains thèmes folkloriques sont plus ou moins désintégrés pour être plus ou moins intégrés dans un nouveau grand syncrétisme.
Le mélange de genres : la musique du XXI siècle
D'ailleurs l'histoire musicale s'exprime, surtout à partir du XIX siècle, par de multiples " retour à... ", des " néo... ", des redécouvertes qui montrent que l'histoire se " refait " en permanence. Aujourd'hui plus que jamais ce retour se fait voir, il s'agit d'un retour syncrétique, dans le sens que l'on prend des styles existants et qu'on les mélange. Cela créé une " nouvelle musique " que certains appellent musique post-moderne, en référence à l'architecture du même nom qui reprend différents éléments d'époques variées. Ce mélange ne se cantonne pas seulement à la musique, tout ce qui est contemporain passe par cette alchimie des genres, que ce soit en peinture, décoration, mode, littérature, danse.
Le mouvement Mangue Beat lui aussi s'est étendu à d'autres formes artistiques, il ne s'est pas restreint à la musique, il a pris une ampleur qui se fait ressentir dans les autres arts. Depuis 1998 on retrouve dans la ville de Recife une série de sculptures qui s'intitule " Movimento Mangue Hum ". C'est un hommage au chanteur Chico Science (précurseur de ce mouvement, il est décédé en 1997) et à l'ensemble des faits et personnages qui ont marqué ce renouveau dans la vie culturelle de Recife, qui s'est étendu dans tout le pays. La sculpture prend la forme d'une énorme pâte de crabe (symbole du " mangue ") qui mélange le régional, le cosmopolite et le contemporain. D'ailleurs, l'interaction de plusieurs langages est la caractéristique essentielle de ce mouvement. Aujourd'hui les styles correspondent plus intimement à la personnalité des auteurs, et à leurs origines culturelles qui enrichissent leur inspiration.
Cela pourrait être dû à la fin d'un certain dogmatisme entraînant la fin des écoles, une manifestation du phénomène de déclin des idéologies, des " grands récits ". Et aussi par le fait que la rationalisation de l'art semble être arrivée à saturation, un épuisement propre à l'époque post-moderne. Le jazz et la musique classique tous deux sont arrivés, comme ultime élucubration musicale, au même son, le bruit.
L'attitude typique de notre époque, où l'originalité dans le nouveau est épuisée, et où l'étagère de la diversité est comble, est de piocher à l'intérieur et faire le mélange souhaité. Le mélange des styles est tendance. Le Brésil n'est pas exclu de ce processus, seulement ce qui, partout, devient seulement une forme d'expression nouvelle, résultat d'un collage de styles, au Brésil, il se transformera en mouvement culturel. Peut être parce que c'est aussi un collage de deux classes sociales : le peuple avec le folklore vivant et l'élite culturelle et intellectuelle. Mouvement qui revendique une identité culturelle propre et aussi le pouvoir de transformation de la société à travers la musique.

La recherche d‘une identité culturelle

La recherche d'une identité est une question qui a toujours hanté le pays. Les artistes, musiciens, cinéastes, écrivains brésiliens se sont longtemps appliqués à produire une manifestation artistique qui fut l'expression de leur identité nationale. Au Brésil, une œuvre qui ne cherche pas à donner une représentation du pays a généralement moins de crédibilité, moins d'impact. Le succès de ces musiques Mangue au Brésil est peut être dû au fait que la reprise des rythmes archaïques nous ramène, selon une expression d'Edgar Morin, à " l'anthropos commun " que chacun porte en soi. Elle surgit, donc, comme étant un facteur d'identité.
Les musiques brésiliennes se caractérisent par une forte empreinte des caractères régionaux qui contribuent à la formation d'une identité bien définie dont les gens sont très fiers. La tradition, dans les musiques luso-afro-brésiliennes, constitue la condition essentielle de l'identité. Mais elle n'est pourtant pas statique ; elle change, et l'on doit considérer les aspects sociaux à la source de ces changements, si l'on veut comprendre cette dynamique musicale, facteur d'identité.
Pour illustrer ces changements faisons la comparaison entre trois mouvements culturels brésiliens : le Mangue Beat des années 90, et les deux mouvements de la fin des années 60 et début 70, le Tropicalismo et l'Armorial . Ces trois mouvements ont en commun le fait d'utiliser la culture populaire, d'aller chercher dans les traditions et le folklore la richesse de leur art. Mais aujourd'hui, si les composants du Mangue s'appuient sur le Tropicalisme et critiquent le mouvement Armorial(3), c'est parce que celui-ci a comme attitude de mettre ses manifestations culturelles - si je puis ainsi m'exprimer - dans un bain de formol, dans l'intention de préserver sa " pureté ", tandis que pour le Mangue, l'idée est de donner toutes les conditions pour que la culture populaire puisse dialoguer avec le monde contemporain et ainsi la faire revivre.
Le Mangue et l'Armorial on en commun l'usage des éléments traditionnels, donc populaires, qui sert à réaffirmer l'héritage culturel, à renforcer une identité. Mais le Mangue Beat emmène avec lui le trait de notre époque qui est celui du collage, du mélange des genres nécessaire pour créer une nouvelle musique.
L'autre comparaison est celle du Mangue avec le Tropicalismo(4) qui contrairement à l'Armorial se rapproche plus des idéaux du Mangue Beat. Le Tropicalismo était, lui aussi, une façon de s'imposer et de construire une identité nationale. Ce mouvement, à la fin des années 60, s'est inspiré des idées du poète et philosophe iconoclaste Oswald de Andrade, qui, dans son Manifesto Antropofagico publié dans les années 20, disait que l'originalité de la culture brésilienne tiendrait à son caractère anthropophage, une culture qui dévore les éléments et les vomit sous la forme nouvelle d'une interprétation appropriée. C'est donc cette assimilation que les musiciens du " tropicalismo " vont exercer à travers un " cannibalisme " culturel, prenant des expériences musicales étrangères qu'ils adaptent à leurs besoins. Il s'agit d'un collage d'événements, de citations, d'étiquettes, ce que Lévi-Strauss appelle un bricolage intellectuel. Actuellement on dit que le " Mangue Beat " est le mouvement le plus important dans la musique brésilienne depuis le Tropicalismo.
J'aimerais, brièvement, rentrer dans la relation entre modernisation et identité nationale car ces deux idées, pendant longtemps, ont marché ensemble. Le Brésil possède une particularité par rapport aux autres pays dans leur processus de modernisation et de construction d'un marché de biens culturels. Dans ce pays c'est l'Etat militaire, sous la forme d'une dictature (de 1964 à 1984), qui va consolider le capitalisme(5) et va reprendre l'idée de " nationalisme "(6). Je dis reprendre parce que cette caractéristique est propre à l'ère Vargas (de 1930 à 1956) où la relation entre culture populaire et politique s'exprimait comme une complémentarité. Par le biais du " nationalisme ", qui justifie l'union et l'identité, se construit, par force, un projet de modernisation de la société.
Donc, le pays, dans son processus de modernisation, s'est construit sur l'affirmation d'une certaine " brasilidade ", sur un concept d'intégration nationale. Mais ceci a été la plupart du temps imposé par des dictatures: celle de Gétulio Vargas, de 37 à 45, et la dictature militaire, de 64 à 84. La question nationale est imbriquée dans l'idée de modernisation.
Mais il y a là un paradoxe : la modernité, qui se définit comme ce qui apporte du nouveau, et qui dans ce sens, serait la négation du passé, s'accompagne, au Brésil, par la volonté de construction d'une identité culturelle, fondée sur ses origines. Le Brésil est moderne en affirmant son passé, voilà le paradoxe. D'ailleurs, un bon exemple est l'analyse sémantique des mouvements culturels, tel que " Bossa Nova " et le " cinéma Novo ", qui révèlent l'esprit de rénovation et d'avant-garde de l'époque. Ils portent le mot nouveau, mais ils sont basés sur le passé : les vieilles sambas pour la Bossa-Nova et pour le cinéma le vieux " cangaço ".
Il est intéressant de voir que les plus importantes expressions de la créativité musicale et artistique, comme la Bossa, le Tropicalismo et maintenant le Mangue Beat, apparaissent dans des conditions sociales assez tendues. Toutes sont des tendances animées, peut être pas par une transformation de la société, mais, au moins, par un espoir de changement.
En fait, les discussions sur la culture au Brésil ont toujours été en relation avec une prise de conscience de notre destin. Parler de culture brésilienne c'est analyser les destins politiques du pays. La créativité en musique serait un système ouvert par lequel on fait de vraies critiques, des recyclages. Ce sont des moments où les acteurs, en occurrence les artistes, individuellement ou en groupe, " repensent " l'économie du système.

Les fonctions de la musique

" Sans la musique la vie serait une erreur." (7)
Nietzsche

Par cette phrase Nietzsche fait sa déclaration d'amour à la musique. Lui qui était un penseur dionysien par excellence considérait la musique comme étant la pulsation du monde. Il attribue à la musique le caractère nouménal, c'est-à-dire, déterminé par la faculté de saisir la réalité en soi. Schopenhauer a écrit dans Monde comme volonté et représentation, que " La musique n'exprime jamais le phénomène, mais l'essence intime, le dedans du phénomène, la volonté même. Elle exprime par les sons, avec vérité et précision, l'essence du monde, en un mot, ce que nous concevons sous le concept de volonté. "
La musique aurait donc une place à part, une position limite par rapport aux autres arts. Le discours sonore peut non seulement exprimer et actualiser les états d'âme (catharsis : purification des passions) mais se faire peinture sonore. Elle exprime en grande partie le fond sonore de l'environnement, car ayant une essence immatérielle elle peut tout dire sans rien nommer.
La musique est nommée depuis les temps anciens l'Art par excellence. D'ailleurs l'origine du nom " musique " (de musikè, art des Muses) le montre. Les philosophes on toujours été sensibles aux pouvoirs divins de la musique. Par exemple, à chaque mode du système musical grec on attribuait un ethos particulier, définit non seulement par ses propriétés expressives déterminées, mais aussi par la capacité d'agir sur le comportement des hommes.
Au cours de l'histoire des civilisations, les conceptions et les définitions de la musique oscillent entre un spiritualisme métaphysique et mystique et un humanisme tourné vers l'expression directe du sentiment subjectif. Aujourd'hui, la musique n'étant plus liée au divin, n'en a pas pour autant une fonction de simple décor, et n'est pas non plus qu'un simple usage comme objet de consommation. Aujourd'hui encore on utilise l'immense pouvoir de suggestion de la musique dans les pubs, les médias...
Mais la musique peut, aussi, être vue comme une simple marchandise, un art qui serait " tombé dans l'emprise " de l'industrie culturelle, et qui aurait perdu son " aura ", pour se transformer en un produit consommable comme n'importe quel autre. Cette vision de la musique qui se trouve harcelée, voir pervertie par les industries culturelles, nous ramène aux pensées de Adorno qui rêvait avec nostalgie d'une " vraie " perception de la musique. Pour lui le fait que la musique soit consommée implique la perte de toute " vérité sociale " de celle-ci et aliène le consommateur qui devient totalement passif.
Cela nous semble une vision assez pessimiste quant à la passivité des masses et au pouvoir des industries culturelles. Car les industries culturelles ne s'adressent pas à une masse amorphe, les masses nécessitent des nouveautés, même si bien souvent la nouveauté n'est qu'un simple recyclage.
Ainsi qu'une conception trop idéaliste de la musique négligeant tout autre type de perception alors même que celles-ci font parti intégrante des œuvres musicales. La musique est par elle-même ouverte à tout type de réaction, sa perception et son utilisation sont valables par n'importe quel biais. Il s'agit d'une " démocratisation " de sa relation avec les sens. Une règle pour une appréciation bonne ou mauvaise nous semble très éloigné de la fonction première de la musique, c'est-à-dire, celle de se réconcilier avec soi même.
La fonction de la musique est aussi celle de porteuse d'un discours sonore reflet des états d'âme, utilisant les paroles comme outil de contestation et moteur d'une possible transformation de la réalité sociale et économique. Je situerais le Mouvement Mangue Beat là dedans, car on remarque dans le discours des musiciens de ce mouvement une préoccupation pour que les institutions reconnaissent l'importance de la musique en tant que, je cite : " un précieux outil générateur d'emploi et nécessaire pour la réintégration des jeunes dans la société, qui par manque d'opportunité se retrouvent dans les chemins de la marginalité. "
Un bon exemple est celui d'un groupe de jeunes de la Banlieue de Recife, appelé de " Faces do Suburbio " (visages de la banlieue) qui, partagés entre la poésie du RAP et le quotidien difficile de jeunes démunis, développent une action qui vise, à travers la musique, à amoindrir les effets des inégalités dont ils sont victimes. Dans leur second CD " Como é triste de olhar " (Comme c'est triste à voir), ils racontent la misère, la violence, mais aussi les " bonnes choses " de la périphérie - les plusieurs visages de la banlieue. Tout cela accompagné par les plusieurs sons qui sont en consonance avec la diversité des rythmes et goûts musicaux que l'on retrouve dans les " morros " (bidonvilles), comme le maracatu(8), le rap, le hardcore, la embolada(9), le hip hop, le forro(10) ...
Ces jeunes musiciens croient aux pouvoirs de la rime comme un instrument de transformation de la réalité, surtout si cette rime est accompagnée de musique. L'art musical n'est pas pour eux seulement une forme de divertissement mais un précieux recours pour le développement humain et pour la recherche de citoyenneté. Comme le montre un des intégrants de la bande "Il existe un grand intérêt des jeunes à suivre notre exemple. J'ai été voyou mais j'ai réussi à me débarrasser des griffes du système, et au lieu de mourir ou être emprisonné, j'ai appris à croire en moi et à valoriser les autres. "
Chico Science ne pouvait imaginer qu'en réalisant, au début des années 90, le mélange de soul, funk et hip-hop avec le maracatu, ciranda, coco-de-roda et autres rythmes régionaux, il était, en réalité, en train d'inventer la formule de la longévité artistique. Aujourd'hui, quatre ans après sa mort, provoquée par un accident de voiture, sa musique continue, plus que jamais vivante. Elle a influencé les artistes de tout coin du Brésil. Que se soient les musiciens de Sao Paulo (Mercado de Peixe), ceux de Rio de Janeiro (Pedro Luiz e a Parede, Rappa e Planet Hemp), en passant par Minas Gerais (Skank), Alagoas(Doutor Charada, tous reconnaissent dans leurs musiques les effets de la " potion magique " inventée par ce " sorcier " de la banlieue d'Olinda, Rio Doce.
À travers le Mouvement Mangue Beat, qui sera notre objet d'analyse dans une thèse de doctorat, nous essaierons de comprendre pourquoi au Brésil, et plus précisément à Recife, dans le Nord-est du pays, ce qui, partout, est le résultat d'une époque post-moderne, où plus rien est crée mais plutôt recyclé, à Recife ceci devient un mouvement culturel, qui s'étend non seulement dans tout le pays, mais aussi s'impose aux autres arts, telles les arts plastique, la mode, la danse...
Ce phénomène est peut être le fruit d'un désenchantement du peuple face aux valeurs et aux institutions. Tout se passe comme si l'art était là pour combler une faille sociale, donnant une unité à ce qui n'en avait pas. Cette désillusion rend plus délicate encore la question et l'intérêt d'une identité national.
Trois aspects reviennent souvent dans le discours de ceux qui participent au mouvement Mangue : la préoccupation en la recherche musicale, la diversité et le sens de collectivité. En 91 il s'est crée dans la ville un groupe de recherche et de production d'idée pop. Les groupes comme Nação Zumbi, Mestre Ambrosio, Comadre Florzinha, Cascabulho ont en commun, même si leurs styles diffèrent, le fait de travailler le rythme avec une préoccupation dans la richesse des détails. Leurs musiques viennent de l'échange direct des musiciens avec le peuple qui fait la culture populaire.
Pour les intégrants du Mangue, il n'est pas vraiment important de créer un mouvement, unique et cohérent. Le Mangue est le générateur d'une anthropophagie culturelle qui a donné une nouvelle puissance et une direction aux groupes les plus combatifs de la jeunesse brésilienne. On mélange les divers projets et l'on produit une nouvelle réalité : maracatu, coco dub, ciranda, hip-hop, afro beat, samba-reggea, punk, funk, le trash, jungle, baiao, le break...
Le Mangue est aussi une coopérative créée dans la ville de Recife pour faire bouger la vie locale. Car Recife se trouve depuis les années 70 dans une crise sociale et économique sans précédant. Pendant 10 années consécutives elle est restée la ville au Brésil avec le plus de chômeurs et d'inflation. Sans parler qu'elle a été considérée comme la quatrième ville la plus violente au monde. Cela a créé des effets dévastateurs sur une communauté qui a plus de 400 ans d'histoire, ce qui pour le Brésil est beaucoup, de plus que Recife est une des métropoles les plus importantes du pays, avec un pôle culturel très actif , d'où sont sortis des noms comme Manuel Bandeira, Gilberto Freyre, Joao Cabral de Melo Neto. ..
Donc un choc rapide était nécessaire pour sauver cette ville de cette stagnation complète. La richesse des rythmes devrait apporter du nouveau...
Plus qu'un phénomène musical, il est un phénomène culturel, qui en très peu de temps a réussi à modifier la réalité de Pernambuco, et a rendu plus fort tous les autres secteurs de la culture locale : théâtre, danse, peinture, mode, cinéma...
Une vraie coopérative multimédia autonome et explosive s'est créée et a mobilisé toute la ville.
Aujourd'hui ce fait a pris une ampleur nationale, et plus qu'un phénomène il se présente comme étant un mouvement. La question que je pose et que je laisse ouverte est celle de savoir pourquoi au Brésil les manifestations artistiques prennent une ampleur de mouvement social ? Est-ce une façon de " faire justice " face à une réalité sociale absolument inégale ?

Paula Tesser
nos2@club-internet.fr


Bibliographie :

-ADORNO, Theodor W., Philosophie de la nouvelle musique, Paris, Gallimard, 1962 ; orig.1958.
-LEVI-STRAUSS, Claude, Le cru et le cuit, Mythologie I, Paris, Plon, 1964
-MORIN, Edgar, L'esprit du temps, Paris, Grasset, 1962, Poche 1991.
-ORTIZ, Renato, A moderna tradicao brasileira : Cultura brasileira e industria cultural, São Paulo, Brasiliense, 1988.
-BEHAGUE, Gérard, Musiques du Brésil - de la cantoria a la samba-reggea, Paris, Cité de la musique, 1999.
-Nietzsche contre le nihilisme, magazine littéraire / janvier 2000
-Dictionnaire de la musique, Paris, édition CELIV, 1993.

Notes :

(1) Nom donné au mouvement culturel et musical né en 1994 à Recife. Il peut être nommé de trois façons : Mangue beat, Mangue Bit ou tout simplement Mangue. Il fait référence à la partie marécageuse de Recife où sont placés les bidonvilles.
(2) De la boue au chaos, du chaos à la boue. Boue du marécage, humus culturel et chaos , la vie moderne.
(3) Ce mouvement a été crée en 1970, à Récife, par l'écrivain Ariano Suassuna, avec d'autres artistes locaux, dans l'intention de construire un art brésilien basé sur la culture populaire en opposition à l'invasion culturelle Nord-américaine au Brésil.
(4) En 1967 se révèle le mouvement avant gardiste " tropicalia " d'un groupe de bahianais qui se manifeste aussi dans le théâtre, la poésie et les arts plastiques.
(5) " Les scientistes politiques insistent sur le fait que le Coup d'État (Golpe Militar) n'est pas simplement une manifestation militaire, il expresse autoritairement une voie de développement du capitalisme au Brésil. " Renato Ortiz in Moderna Tradiçao Brasileira.
(6) Le terme nationalisme est appliqué dans le sens d'une doctrine basée sur la volonté de faire ressurgir les traditions nationales.
(7) Crépuscule des idoles, Maximes et pointes, § 33
(8) Musique et danse-cortège-procession de tradition afro-brésilienne de Recife et Olinde au Pernambuco et se déroule surtout pendant le carnaval.
(9) se caractérise par une mélodie de valeurs courtes et de petits intervalles, un texte humoristique ou satirique souvent improvisé.
(10) Terme dérivant de bal populaire de danses mouvementées, se joue avac l'accordéon (instrument d'origine européenne), un tambourin à sonnailles et un triangle, ayant comme thème les valeurs et les situations du quotidien d'un peuple né prés des usines de cana à sucre.


CEAQ
c/o H2M
67 bd Saint-Germain - 75005 Paris